UFC-Online


 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Muay thaï

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Muay thaï   Mar 8 Juin - 5:55


La boxe thaï ou le muay thai (thaï: มวยไทย, « boxe [du peuple] Tai »), parfois appelée boxe thaïlandaise, est un art martial et un sport de combat, créé pour les militaires thaïlandais au XVIe siècle. Il est classé en Occident parmi les boxes pied-poings (BPP), c’est-à-dire les boxes dites « sportives ».

La boxe thai trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans ce qu’on appelle en Occident le muay boran (boxe traditionnelle) et du krabi krabong (pratique avec les armes) qui, tout comme la boxe thaïlandaise, nécessitent des aptitudes physiques telles que souplesse, réflexes, puissance et force, mais aussi des aptitudes mentales comme la volonté et le courage.

La boxe thaïlandaise est pratiquée dans le monde entier.

Présentation

Le muay thaï est un descendant du muay boran. Dans ce dernier on trouve plusieurs styles (voir : Styles de Boxe Thai) issus du régionalisme et de certaines pratiques martiales traditionnelles (notamment pour quelques unes elles sont inspirées du comportement animal). Parmi les styles les plus connus, on trouve :

* le muay-chaiya ou muay giow (style du Sud), ce style du XIXe siècle met l’accent sur la vivacité d’esprit afin de trouver des stratégies efficaces. La posture est anguleuse, la défense est privilégiée et les techniques de coude et genou sont particulièrement marquées. On utilise des techniques issues des animaux (notamment le tigre).
* le muay-korat (Est et Nord-est), privilégie un travail en force, telles les techniques de buffle.
* le muay-lopburi (région centrale), l’accent est mis sur une gestuelle intelligente (travail sur les variations de trajectoire et les feintes d’arme)
* le muay-thasao (Nord), les techniques consistent à prendre de vitesse l’opposant

et les styles thématiques tel les techniques du singe blanc hanuman.

À propos du muay boran , il y a une expression qui énonce les principaux styles selon la formule : « Le poing puissant du Korat, l’esprit du Lopburi, la posture du Chaiya et la vitesse du Thasao » (thaï : หมัดหนักโคราช ฉลาดลพบุรี ท่าดีไชยา เร็วกว่าท่าเสา). Ces pratiques non compétitives de l'art thaïlandais sont regroupées (en Thaïlande) dans le vocable mae mai muay thaï.


La pratique de la boxe thaïlandaise est considérée comme sport national en Thaïlande. De nombreux petits clubs d'entraînement (appelés camps) parsèment le pays et accueillent les jeunes garçons à partir de sept ans. Les combats importants sont régulièrement retransmis tous les samedis et dimanches par les chaînes de télévision. Les deux stadiums les plus connus de Bangkok, où se déroulent les combats sont le Lumpinee et le Rajadamnoen. Ces endroits sont connus dans le monde entier et sont considérés comme la référence en Muay Thaï. Le Lumpinee est situé sur Rama IV Road, proche du Lumpinee park et le Rajadamnoen est situé sur Rajadamnoen Nok Road en face du quartier général de l'armée royale thaïlandaise. Chez les professionnels, le combat se déroule en 5 rounds de trois minutes. Il est précédé par une danse rituelle : le Ram Muay durant laquelle le Nak Muay (boxeur) porte le Mongkon (bande de tissu autour de la tête pour manifester le respect à son entraîneur et pour optimiser sa perception mentale), qui est composé de gestes codifiés exécutés par les deux adversaires individuellement et qui sont propres à chaque école ou style. Un petit orchestre composé d'un tambour, d'une cymbale et d'une flûte nasillarde, rythme les rounds. Les coups autorisés sont les suivants : coups de poing, de coude, de genou et de pied. Les corps-à-corps peuvent durer et sont l'occasion de coups de genou, ils peuvent se terminer par une projection de l'adversaire ou être interrompus par l'arbitre. L'usage des coups de coude est rare lors de la plupart des combats de boxe thaïlandaise hors Thaïlande ; cela pour ses raisons de dangerosité. Les coups de pied circulaires sont souvent délivré avec le tibia. Ces derniers les plus usités peuvent être considérés comme les « coups de base » du boxeur thaïlandais.

Les télévisions du monde entier retransmettent les grands combats de Muay Thaï en Thaïlande et au Japon particulièrement le spectaculaire tournoi du K-1 (kick-boxing japonais) avec ses 20 000 spectateurs et ses bourses de plus de 200 000$. Cette forme déguisée de Muay Thaï a été influencée également par de nombreuses pratiques du Sud-est asiatique, notamment par la boxe birmane (lethwei) et la boxe cambodgienne (kun khmer) cousines du Muay Thaï.


Historique



La genèse, l'histoire ancienne et l'image du muay thai sont présentés d'une manière standardisée dans une abondante littérature en Thaïlande. Les données historiques les plus anciennes, qui attesteraient de pratiques de boxe avant le XIXe siècle, sont inspirées principalement par les chroniques royales, ayant subies plusieurs travaux de réécriture (notamment sous Rama Ier, suite à des destructions au XVIIIe). Il est donc difficile de confirmer l'historicité des légendes et de la genèse du muay thai[1]. De même, il ne faut pas ignorer la forte teneur idéologique, notamment nationaliste, qui préside en Thaïlande à la présentation des origines du muay thai (et du muay boran), son histoire ancienne, et son image contemporaine[2].

Selon la tradition, en 1411, à la mort du roi Sen Muang Ma, ses deux fils Ki et Fang voulurent s'emparer du pouvoir. Comme leurs armées respectives n'arrivaient pas à se départager sur un champ de bataille, ils décidèrent de régler leur conflit par un duel. Chaque camp choisit son meilleur boxeur. Finalement, l'homme de Fang fut battu, et Ki monta sur le trône. La technique de combat de son « boxeur » fit école…

La légende raconte qu'en 1767, en pleine guerre birmano-thaïlandaise, Naï Khanom Tom, soldat et boxeur fut prisonnier du camp adverse et opposé à dix champions birmans qu'il mit KO. Devenu héros national, les Thaïlandais lui rendent hommage chaque année à l'occasion de la "Nuit des boxeurs".


Au XVIe siècle, le Muay Thaï faisait partie de l'entraînement militaire. Il atteignit son plus haut degré de popularité au début du XVIIIe siècle, sous le règne de Pra Chao Sua, "le Roi Tigre". C'était le passe-temps favori de la population ; chaque village organisait des combats régulièrement. Le roi, qui était un boxeur de première force s'amusait à défier les champions locaux ! À l'époque les combattants protégeaient leurs poings en se bandant les mains avec du crin de cheval. Plus tard, le crin fut remplacé par des bandes de coton maintenues avec de la glu. On se servait de coquillages ou d'écorces d'arbres, comme coquille ! Parfois, avec l'accord des deux boxeurs, des morceaux de verre pouvaient être amalgamés dans la glu des bandages.
Le ram-muay ou hommage royal

À cette époque, les combats se déroulaient sans catégories de poids ni de limite de temps.
Boxe bas-relief sur le temple de Banteay Chhmar au Cambodge

Considérée comme dangereuse, voire mortelle, la boxe thaïlandaise fut interdite en 1921. Puis, vers 1930, elle réapparut en adoptant les règles de compétition et les techniques de poings de la boxe anglaise (gants, ring, etc.). Le développement du tourisme en Thaïlande la fit découvrir aux Occidentaux. Elle est là-bas un enjeu social considérable pour la jeunesse. Les combats se déroulent selon un rituel fascinant. Les boxeurs, avant de combattre, se mettent à genoux et prient. Et tout le match se déroule sur un fond musical joué « en direct » par une petite formation de musiciens thaïs.

Le Muay Thaï est une des plus anciennes des trois disciplines pieds-poings héritées des techniques asiatiques (avec la boxe birmane et la boxe laotienne). Elle s'est d'abord répandue en Hollande puis est venue très vite en France concurrencer le full-contact dans sa version «garantie d'origine» et dans sa version japonaise, le kick-boxing japonais.


Utilisant huit armes (Deux poings, deux pieds, deux genoux et deux coudes. Les coups de tête sont interdits), le Muay Thaï est surtout un sport très complet. Il suppose une très grande vigilance car le coup peut venir de partout. Les saisies permettent au boxeur thaï de temporiser. Quant aux projections, elles n'apportent pas de points, elles sont seulement le moyen de sortir d'un corps-à-corps (indépendamment de leur impact psychologique).

Avec la célèbre boxe birmane (bama lethwei), elle a la réputation d'être la plus violente des cinq disciplines pieds-poings - opinion qui n'est pas partagée par les pratiquants eux-mêmes, qui estiment que toute technique peut faire l’objet de contrôle. On lui reproche surtout de répandre l'idée que tous les coups sont permis. Roger Paschy, un des pionniers de ce sport en France en parle ainsi : « (...) La boxe thaïe (Muay Thaï) ne peut être un sport que les gens qualifient à tort et à travers de sport de voyou. Il nécessite beaucoup de volonté et d'assiduité. Mais, comme dans toute activité sportive, le professeur a un rôle fondamental dans la formation de l'élève. L'état d'esprit de l'enseignant aura une influence considérable sur le disciple ».

Sport national et véritable industrie, le Muay Thaï fait vivre environ 200 000 personnes, boxeurs, entraîneurs, commerçants, etc. Cette gigantesque affaire commerciale est gérée par deux organisations composées de promoteurs, qui organisent des combats tous les jours. Le Rajadamnoen, le stade le plus prestigieux et le plus typique est géré par l'armée, tandis que le Lumpinee, plus moderne situé dans les quartiers chics de Bangkok, est sous la tutelle du gouvernement. Le nombre de pratiquants est évalué à 100 000 et chaque semaine des centaines de combats ont lieu à travers le pays.


Les deux stades de Muay thaï les plus connus sont en Thaïlande ; le Lumpinee est situé sur Rama IV Road, à côté du Lumpinee park, et le Rajadamnoen est situé sur Rajadamnoen Nok Road, face au quartier général de l'armée royale.


Son internationalisation


En 1966, l'adepte de Kyokushinkai, Kenji Kurosaki, défia un boxeur thaïlandais et se fit battre lors du premier round par KO. À la suite de ce combat il séjourna en Thaïlande plusieurs mois, pour étudier le Muay Thaï. À son retour au Japon, il introduit le Muay Thaï sous le nom de kick-boxing. Des français combattent en kick-boxing (le savateur Christian Guillaume et le karatéka Albert Boutboul). En 1975, Patrick Brizon s'entraîne au Merijo-gym de Tokyo, club de Kenji Kurosaki, où il combat les meilleurs japonais. Ce dernier ouvre le premier club de kick boxing à Clermont-Ferrand. En 1980, Pud Pad Noy, reconnu comme l'un des dix meilleurs boxeurs thaïs de tous les temps, s'installe en France. Il y enseigne un Muay Thaï authentique. Depuis cette date le terme kick boxing est abandonné, il est remplacé par le Muay Thaï ou « boxe thaïlandaise ».

Combattants mythiques des années 1970-1980

* Apidej Sit Hrun - Thaï : reconnu comme le plus grand boxeur de tous les temps (177 combats et 162 victoires)
* Pud Pad Noy Worawut – Thaï : reconnu comme l'un des dix meilleurs boxeurs thaïs de tous les temps
* Hippie Singhamanee – Thaï.

Grandes figures internationales des années 1980-1990

* Fred Royers - Pays-Bas (Karaté, FC, KB, BT, SBF).
* Rob Kaman - Pays-Bas (également grand champion de kickboxing et autres boxes pieds-poings).
* Samarth Payakaroon – Thaï : reconnu comme le plus grand technicien de tous les temps
* Krongsak Prakong-Boranrat – Thaï : + de 300 combats, invaincu en Europe ; a battu Rob Kaman avec une différence de 8 kg.
* Ramon Dekkers - Pays-Bas : 8 fois champion du Monde de Muay Thai, 200 combats, 175 victoires dont 90 par K.O. (premier combattant étranger à être nommé aux boxe thaï awards en Thaïlande)
* Murat Comert – Turquie (KB, BT)
* Peter Aerts - Pays-Bas : champion du Monde de muaythaï.
* Yussop sor tanikuhl - Thaï.
* Gheribi Rachid - Boxeur franco-algérien triple champion de France de muay thaï (1989,1990,1991).

Grandes figures internationales des années 1990-2000

* Jo Prestia - France : champion du Monde et devenu acteur cinéma
* Dida Diafat – France : grand champion et devenu acteur cinéma
* Guillaume Kerner – France : champion du Monde[4] (catégoriede 66 à 69 kilos)
* Fabrice Payen – France : 4 fois champion d'Europe, 1 fois champion du Monde (1988) - Premier occidental classé au Rajadamoern video fabrice payen muay boran
* Buakaw Por. Pramuk – Thaï : est l'un des meilleurs boxeurs thaïs du début du 21e siècle - Vedette du K1
Revenir en haut Aller en bas
 
Muay thaï
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Simulation de l'infiltration
» Magic Worldwide - Bangkok, Thaïlande
» Thaïs
» Présentation Karden
» Vous cherchez un animal ? Venez cliquer ici !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFC-Online  ::  ::  ::  :: -
Sauter vers: